• Soeurs

     

    Soeurs

    Henri Frère -Sœurs- Musée d'art moderne - Céret                                              

     

    Quand on s'appelle Henri Frère, quoi d'étonnant de peindre des sœurs.

    Soeurs

     

    Il y avait là aussi des plinthographies dont il est l'inventeur, J'ignorais que ça existait, c'est une gravure sur brique de terre cuite ; la recherche de trame, c'est intéressant mais c'en est resté pour moi au stade de la curiosité.

     

    Par contre, j'ai été touché par ces « deux sœurs ». Pourtant le tableau ne figure pas dans les grandes œuvres du maître, à juste titre d'ailleurs : pas sûr en effet qu'il ne l'ait pas « achevé » avant de l'avoir terminé ; pas sûr que ces deux ne soient qu'une, et qu'il ait voulu reprendre le premier portrait pour en tenter des variantes dans le second ; pas sûr qu'il ait bien maitrisé les proportions de ces corps. Il aurait fallu faire des choix entre la douceur des visages et le sculptural des jambes, entre la pudeur des regards et l'impudeur des gestes ; mais ça me plait bien de deviner les atermoiements (peut-être d'ailleurs seulement inconscients) d'un homme sur son projet. Quand on a « ça » en face de soi, comment être à la hauteur ? Comment se limiter à l'essentiel quand tout est important ?

     

    De l'ampélite pour le noir, de l'hématite pour la sanguine, une simple craie blanche et voilà le modelé des volumes qui prend forme et que s'exaltent les nuances de la chair ; en trois coups de trois crayons, un rendu épatant d'un modèle ; une sanguine, ah !

     

    D'un Henri à un autre, ça m'a rappelé un tableau de deux autres sœurs, bien connues celles-là, Gabrielle d'Estrées et une de ses sœurs, la duchesse de Villars. peint autour de 1594 par un auteur inconnu de l'École de Fontainebleau. Je l'avais photographié au Louvre en passant devant par hasard. Je me suis toujours posé beaucoup de questions sur ce tableau, sans d'ailleurs en jamais chercher les réponses : pourquoi deux femmes dans une baignoire ? Que fait là la servante ? Qu'évoque le tableau au-dessus de la cheminée ? Pourquoi cette préciosité de la gestuelle ? Qui les regardent si ce n'est le peintre ? À quoi fait allusion cette bague dans la main gauche ? La perle à l'oreille droite est-elle la même que celle de l'oreille gauche ? Et ce miroir convexe, dit de sorcière, qui trompe l’œil et suggère que derrière l’énigme se cache une autre réalité...

     SoeursSoeurs

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sœurs, historiquement, certes ; mais deux modèles ? Il suffit de changer la coiffure pour être pris d'un doute. Qui voit double ? Allez savoir.

     Gabrielle d'Estrée est la maîtresse et favorite d’Henri IV. Là, elle serait enceinte et elle va mettre au monde un bâtard qu'elle appellera pourtant César. Je me suis contenté de cela.

     

    Entre le Louvre et Céret, un grand tableau et une sanguine, de gentes dames de Cour et le modèle ordinaire, a-t-on vraiment le choix ? Je m'accorde pourtant le droit d'atermoiement. Délicieusement, je l'avoue, j'atermoie.

     28/04/2020