• Tout ou presque rien

     

    Tout ou presque rien

    Tout ou presque rien. Un immense monument et dans quelques centimètres de cavité, tout un bestiaire imaginaire.

     

    Depuis la forêt noire, au Münsterblick, à plus de 20km,on peut voir la silhouette de la cathédrale, ombre sombre dans la vallée. Qand on arrive à Strasbourg depuis l'A4, on l'a juste devant, comme le plus grand omphalos d'Alsace. La vue d'ensemble est pertinente, un simple coup de crayon, on repère immédiatement la cathédrale. 142 mètres de haut, des tonnes et des tonnes de pierres mais quand on est devant on ne sait plus où regarder tant il y a de choses à voir  et d'infinis détails auxquels on prête rarement attention, des petits diables à l'affût, des monstruosités perverses, des choses à ne pas montrer aux enfants.

     

     

     

    En tout petit médaillon, également sur le portail de la cathédrale, en dessous des vierges folles. Je ne l'avais encore jamais remarqué. Scène de la vie ordinaire, un feu de cheminée, une marmite qui chauffe, et un pauvre hère qui en profite pour se chauffer les pieds et sécher sa chaussure. Intéressant la technique de répétition du cadre pour suggérer la profondeur.

     

    Tout ou presque rien

     

    Les artisans tailleurs de pierre ne manquaient ni d'humour ni d'imagination, jamais ils n'auraient été embauchés chez Ikéa. Le design, connaît pas !

     

    Des artistes qui se prenaient au sérieux sans se prendre la tête.

            - c'est trop petit, ça ne se verra pas. C'est pas avec ça que tu te feras des « amis »

         - qu'importe, moi je sais que c'est là.

     

     

     

    op.99 28/06/2020