• Coquelourde

    Coqueloourde

     

    Petite baisse de fréquentation quotidienne. Sans doute la lassitude ; l'habitude est source d'ennui. Possible aussi que je sois moins brillant et que je n'arrive pas à me renouveler. Il faut surprendre pour durer ; c'est déjà la 82° page, ce qui m'oblige chaque jour à trouver « la » photo du jour et à tenter un commentaire, qui peut aller du bavardage à l'exégèse. Je suis ainsi, multiple (gémeaux ascendant gémeaux) pour ne pas m'ennuyer de ma propre compagnie dont hélas je ne peux me séparer même temporairement.

     

     

    Coqueloourde

     

     

     

    Il y a bien sûr quelques irréductibles qui chaque jour me font un petit signe pour dire, j'ai lu, ça m'a plu. C'est une grande satisfaction d'entendre « je me lève et je te lis et la journée commence bien ». C'est une lourde responsabilité désormais sur mes épaules, de savoir que je fais la pluie et le beau temps de vos humeurs. Pas question de la prendre à la légère, et mon ego en bouffit d'allégresse.

     

    Voyant une petite baisse de votre intérêt collectif, je me suis mis en quête d'une recette revitalisant l'enthousiasme que vous me portez d'ordinaire.

     

    L'examen des statistiques montre quand il y a de la fesse, l'indice de satisfaction fait des bonds. Quand je parle de moi, l'indice amical progresse aussi merveilleusement. J'ai donc décidé de combiner les deux, d'où ces deux photos assez explicites et sur l'intérêt que je porte à la beauté des jambes (c'est une métonymie, la désignation d'une partie n'exclut pas nécessairement le tout) et que je porte à mon auguste personne en l'incluant ici ou là dans des tentatives d'intrusions hasardeuses et souvent, il faut le reconnaître, particulièrement inappropriées.

     

    Il reste que tout ceci est de l'ordre de l'invitation, de l'exhortation pas très loin même de la semonce à me prendre très au sérieux, à reconnaître mes talents et à pâlir d'admiration devant mes productions. Ouf, j'osais pas le dire, mais quand même c'est fait, ça fait du bien.

     

    Et n'oubliez pas que je suis un maître en matière de modestie. Le latin m'a appris que la modestia est l'exacte mesure de ce que l'on est. Il suffit de ne pas se tromper sur soi. Je consulte donc régulièrement mes miroirs, et je compare avec les images et les souvenirs du passé. Qu'est-ce que j'étais moche quand j'étais jeune. Qu'est-ce que j'étais con, et timide, et arrogant, et ambitieux, à remuer le ciel et la terre, à tout vouloir tout de suite, impatient, énervé, excité. Heureusement, j'ai bien changé. L'amour-propre présente à mes yeux une grand qualité, au moins il est propre.

     

    0p.82 11/06/2020

     

    PS - J'ignorais jusqu’à il y a un instant l'existence de « coquelourde » ; musicalement c'est une réussite. Et finalement c'est aussi une très belle métaphore illustrant parfaitement tout mon propos «elle est très cultivée, formant des massifs spectaculaires » Silène sans être satyre, et coronaria de noble famille, celle des Caryophyllacées. Tout est dit.

    Mais n'allez tout de même pas imaginer qu'il existe qu'il existe un masculin à coquelourde.