•  

     

    J'aime bien quand on me regarde et qu'on sourit

     

    Museum für Neue Kunst Freiburg


    votre commentaire
  • Nouvelle analyse

    cliquer sur l'image

    Le ton monte


    votre commentaire
  •  

     Bonne année à tous.


    votre commentaire
  • Laetitiaire = de laetitia : l'allégresse. Par ces temps de misère, faut pas rater les ocaasions de se réjouir.

    Pour tout voir et tout savoir cliquer sur la photo

     

    Laetitiaire


    votre commentaire
  • NU

    NU

     

     

    NU

     

    Maillol           Musée de Céret       11/09/2016

     

    Ce n'est évidemment pas spectaculaire, une photographie de terre cuite. Banal, ordinaire, absence de décor, palette terne et monotonale. sans grand intérêt ?

     

    Et pourtant, ainsi dépouillée, sans fond, sans contexte, difficile de déterminer la taille de cette statue. Elle est juste posée là, presque négligemment, sans signification, sans autre préoccupation que de la faire exister, aussi belle que possible.

     

     

     

    Une terre cuite

     

    De la terre, de la glaise dont Dieu fit un homme. Le sculpteur n'est pas Dieu, elle restera immobile et sans souffle, mais elle durera autant qu'elle ne retombera pas en morceaux ou en poussière.

     

     

     

    Un nu

     

    ou bien une nue… un genre de sculpture ou bien une femme ? Là c'est le lecteur qui décide. Dis moi ce qu tu vois, je te dirai qui tu es.

     

     

     

    Un Maillol

     

    c'est signé, il y a un créateur. Non seulement il l'a rêvée, mais il l'a faite. Conforme à ses obsessions, ses passions, ses recherches,. Ce n'est peut-être qu'un moment d'un long chemin vers une perfection sans cesse poursuivie. Les autres de Maillol ne lui ressemblent pas tout à fait et pourtant c'est toujours la même ou presque.

     

     

     

    Une photographie

     

    mais là on n'en a qu'un image en deux dimensions. On ne peut la voir qu'ainsi, impossible de tourner autour. Dématérialisée, numérisée, désormais intouchable. Elle était déjà figée, la voici fixée. Cadrée, recadrée selon des normes très conventionnelles pour une lecture apaisée,et sans perturbation. Un seul point de vue, pas de fuite possible, pas de distraction, une seule image ancrée au fond de la rétine, pour mieux imprégner le cerveau.

     

     

     

    Une beauté

     

    Pureté des lignes, harmonie des formes, délicatesse de la pose, fragilité, élégance. Un simple abandon à l'existence, pas d'émotion, pas de regard, pas de relation. Et pourtant une posture assise mais presque inachevée, un geste de la main comme un refus de voir ou d'être vue. On a toujours l'impression chez Maillol que la statue est stabilisée dans l'instable, que le corps va bouger, que la statue va se mettre à marcher ou à tourner ou comme ici qu'elle va finir de s’asseoir et tourner la tête en vous demandant : « ah ! Tu as remarqué comme je suis belle ! »

     

     

     

    Un objet ...? Sûrement pas. Et pourtant l'objet, c'est bien le sujet.

     


    votre commentaire